soleilLe Moyen-Orient est en émoi. La pression monte. L’assassinat du calife Abou Bakr al-Baghdadi, dirigeant de l’État islamique, ne marque pas la fin des rêves de califat des islamistes. Daech a déjà nommé un nouveau chef. Ils essaient également de se regrouper dans différents endroits. Pendant ce temps, la Turquie et l’Iran rêvent d’établir un califat à Jérusalem. Les troubles en Syrie impliquant l'Iran et la Turquie ajoutent à bien des égards de l’huile sur le feu.

Lorsque Donald Trump a décidé de retirer les forces américaines de la zone frontalière syrienne, la Turquie en a profité pour donner le feu vert à son invasion. La réaction des républicains et des démocrates a été rapide. Les deux partis ont accusé Trump d'avoir abandonné les Kurdes et d'avoir créé une situation favorable à la résurgence de l'État Islamique. Il était intéressant de voir que le président de la Russie, Vladimir Poutine, soit en accord avec les républicains et les démocrates sur cette question. Poutine était mécontent que les États-Unis retirent leurs forces et que cela déstabilise la région. Malheureusement, le retrait des États-Unis et l'invasion turque ont entraîné la mort de nombreux Kurdes et d'autres minorités qui se sont battus avec eux. Les Turcs tentent de repousser les Kurdes et les autres minorités hors de la zone frontalière syrienne et de les remplacer par des musulmans sunnites. C'est donc une forme de nettoyage ethnique. C’est là que le rôle de la Russie devient intéressant. Alors que la Turquie se radicalisait, elle se tournait de plus en plus vers la Russie pour obtenir assistance et soutien. La Syrie et l’Iran se sont également tournés vers la Russie pour obtenir leur soutien. Ces alliés de la Russie ne sont pas stables et ils tendent tous vers des formes d’islam radical. Mais la Russie pouvait les soutenir car les troupes américaines étaient présentes pour garder les choses sous contrôle. Cependant, maintenant que les troupes américaines ont été retirées de cette partie de la Syrie, la Russie est maintenant obligée d’envoyer ses propres troupes pour tenter de maintenir la paix. Poutine préférait quand les troupes américaines se trouvaient au milieu de ses alliés. C'est peut-être ce qu'il faudra pour que la Russie soit complètement opposée aux radicaux musulmans. D'après la prophétie de Daniel 11, tout ce que je sais, c'est que tout le monde suit le christianisme dirigé par le pape, y compris Poutine et la Russie, qui prétendent être les défenseurs du christianisme orthodoxe au Moyen-Orient.

Pendant ce temps, des manifestations ont eu lieu en Égypte au mois d’octobre. Les manifestants s'opposaient à la corruption au sein du gouvernement Al-Sissi. Lui et ses généraux construisent des palais luxueux, tandis qu'un tiers de la population vit dans la pauvreté, avec un taux de chômage des jeunes adultes de plus de 20%. La protestation a surpris le gouvernement, mais celui-ci à rapidement réagi en prenant des mesures répressives, en frappant et en arrêtant les personnes arrêtées dans la rue si elles avaient des informations sur la corruption ou les manifestations dans leur téléphone. Si vous ne leur permettiez pas de consulter votre téléphone lors de votre arrestation, vous seriez battus et maintenu en détention jusqu'à ce que vous ayez déverrouillé votre portable. Tout cela ne fait qu'augmenter la colère contre le gouvernement. Nous devrions tous nous rappeler que le groupe islamiste radical, Les Frères musulmans, a remporté les dernières élections libres et que tous ces événements leur seront favorable. Souvenons-nous également que la prophétie de Daniel 11 affirme que l’Égypte sera renversée par le roi du Nord, qui est la papauté, et les États-Unis avec leurs alliés. Je vous suggère de suivre de très près la situation en Égypte.

Tim Roosenberg, conférencier et auteur du livre "Islam et Christianisme dans la Prophétie"


Recevez gratuitement toute l'actualité des prophéties + la Grille d'Interprétation Prophétique de Daniel 11 & 12 au format PDF